top of page
Rechercher

Les 3 erreurs à ne pas commettre quand tu te sépares d'un conjoint violent




J'accompagne de plus en plus de femmes qui ont été victime de violences conjugales et qui ont agi dans l'urgence sans s'être renseignée en amont.

Les dégâts sont dévastateurs et difficilement rattrapables :

  • la victime est poursuivie en justice car le conjoint violent à retourner la situation

  • la victime perd la garde de ses enfants

  • la victime vit un enfer, se sent jugée et accusée de toute part.


Ces erreurs à éviter, je m'attache à les rappeler régulièrement sur le compte Instagram @safewife, dans le programme en ligne "Kit se (sur)vie" ainsi que lors de mes coachings individuels.


Je vais vous partager les 3 principaux pour vous éviter de subir cette séparation ou pour vous libérez des blocages qui vous conduit à rester et ne pas vous séparer.


3 erreurs à ne pas commettre :



Déposer plainte n'est pas un acte anodin et simple. Il est essentiel de s'y préparer et de se rendre au commissariat ou à la gendarmerie après avoir pris connaissance des informations importantes : Comment se déroule une audition ? Quelles questions vont m'être posée ? Quoi dire exactement lors de son audition ? Comment le dire ? Dois-t-on apporter des preuves ?

Le manque de préparation conduira à ce que :

  • vous repartiez chez vous sans être parvenue à déposer plainte,

  • vous oubliez des faits essentiels,

  • vous perdiez vos moyens face aux questions de l'enquêteur,

  • vous viviez cette audition comme un interrogatoire

  • vous sentiez juger et destabiliée

  • vous ne soyez pas convaincante

Etre préparée réduit grandement ces risques et vous permettra de mettre toutes les chances de votre côté pour votre dossier pénal et pour la garde de vos enfants. Le procès-verbal de plainte est un document capital et peut faire basculer des procédures. Alors prenez soin de vous y préparer.


2. Partir du domicile avec tes enfants sans saisir le Juge aux affaires familiales

En cas de violences conjugales ou exercées sur les enfants, il est de votre responsabilité de protéger vos enfants; au risque de voire vos enfants placés par le Juge des enfants. Les violences conjugales ou directes sur les enfants impactent leur vie sur tous les plans. Vous devez les épargner afin que les schémas ne se reproduisent pas.

Mais partir du domicile avec ses enfants ne doit pas se faire dans n'importe quelle condition, y compris en cas d'urgence.

Vous ne pouvez pas partir sans laisser d'adresse, ni donner de nouvelles au père durant des semaines et des mois. Le risque : perdre la garde ! Donc ce n'est pas rien...

Rappel de principe : vous n'avez aucune obligation de vous maintenir dans un foyer où règne la violence (quelle soit physique ou psychologique). Toutefois, vous avez l'obligation de maintenir un lien entre les enfants et leur père. En saisissant le Juge aux affaires familiales rapidement après votre départ, vous pourrez mettre en place des droits de visites qui répondent à la fois au principe de maintien du lien et à la fois à la sécurité physique et psychique de vos enfants. Plusieurs types de droit de visites peuvent, en effet, être mis en place pour vous protéger et protéger vos enfants.


3. Se faire accompagner par des professionnels non formés aux violences conjugales (avocat.e, médecin, psychologue...)

Tout le monde n'a pas connaissance des spécificités de ce type d'affaire. Les dossiers de violences conjugales impliquent des questions de psychologie, d'humain et de stratégie qui ne doivent pas être ignorées et négligées. Le risque: passer à côté des problèmes et foncer dans le mur !

Il est essentiel de se faire accompagner par des professionnels qui sont sensibilisés et formés aux violences conjugales.

Il n'existe pas de spécialisation à proprement parler. Si vous recherchez des professionnels, n'hésitez pas à vous rendre sur la plateforme safewife.fr ou vous trouverez des annuaires (encore en construction) ou à me questionner sur le compte instagram @safe_wife afin de questionner la communauté.


Vous n'êtes pas seule et des solutions existent ! Courage !


4 vues0 commentaire

Comments


bottom of page